samedi 31 mai 2014

[Tuto] Prendre vos figurines en photo



Aujourd'hui, nous allons aborder un aspect un peu différent du hobby mais néanmoins capital pour quiconque veut partager ses figurines sur le net : les photos.
Prendre ses figurines en photo n'est pas une tâche aisée et sans un minimum de matériels et de connaissances en photographie, le résultat sera souvent décevant et ne permettra pas d'obtenir de réels avis de la part des internautes.
La méthode que je vais vous expliquer ci-dessous est assez standard mais permet d'obtenir de bons résultats sans devoir y passer trop de temps.  Vos débuts seront sûrement difficiles mais une fois qu'on comprend réellement comment fonctionne son appareil, ce n'est finalement pas si compliqué.

Ce tutoriel s'adresse surtout aux possesseurs d'appareils photos reflex car ce sont eux qui permettent d'avoir accès à de réglages précis mais aussi qui possèdent des capteurs de qualité.  Il est évidemment possible de faire des photos correctes avec un compact ou un bridge mais l'on ne dispose pas d'autant de possibilités qu'avec un reflex.  Il existe néanmoins des compacts avec un mode manuel qui permettent de s'en approcher. D'ailleurs les photos de mes précédents articles ont été faites avec ce type d'appareil.

Mon matériel

Voici une petite liste du matériel que j'utilise.  Évidemment, il est tout à fait possible d'arriver au même résultat avec un autre appareil et le but ici n'est pas de faire de la pub pour une marque ou un modèle en particulier.

- Canon Eos 600D
- Objectif 50mm F/1.8
- Un trépied
- Deux lampes d'architectes (style Ikéa)
- Deux ampoules économiques de 14 watt
- Quelques feuilles blanches

Un peu (beaucoup) de théorie

Pour pouvoir aborder correctement la photo de figurine, il est indispensable de savoir comment fonctionne votre appareil et quels sont les réglages les plus importants.  Si vous vous y connaissez déjà un petit peu en photographie, cette partie vous sera évidemment familière.
Cette aspect du tutoriel est plutôt technique mais vous permettra de mieux appréhender ce qui se passe à l'intérieur de votre appareil photo et donc d'être plus à même de choisir les bons réglages en fonction de vos conditions de prise de vue. 

Quand on fait de la photo, il y a globalement 3 grands paramètres de votre appareil à connaître : 

- L'ouverture : il s'agit du réglage qui permet de déterminer la quantité de lumière qui rentre dans votre appareil en ouvrant plus ou moins le diaphragme.  Une petite ouverture laisse rentrer peu de lumière mais se note avec un grand chiffre (Ex : F/22)  Une grande ouverture laisse passer beaucoup de lumière mais se note avec un petit chiffre (Ex. F/1.8).  Outre la quantité de lumière, l'ouverture à aussi une influence sur la zone de netteté.  Plus votre ouverture est petite, plus votre image sera nette d'un bout à l'autre.

Voici un exemple qui semble assez clair : 


Dans le cas de la photo de figurine, on préférera avoir l'ensemble de la figurine nette et l'on travaillera avec une ouverture supérieure à F/8.  En général, évitez de monter au dessus de F/16 au risque d'avoir une détérioration de la qualité de l'image.  Par contre, dans le cas de gros plan où l'on veut juste mettre une petite zone en avant, il peut être intéressant de travailler avec une plus grande ouverture pour avoir du flou d'arrière plan.

- La vitesse d'obturation : il s'agit du temps durant lequel l’obturateur va rester ouvert et cela détermine donc la quantité de lumière qui rentre dans votre appareil.  Étant donné qu'on utilise un trépied, nous n'avons pas de contrainte vis-à-vis de la vitesse et nous pouvons donc nous permettre des photos avec un temps de pose plutôt long.

- Les Iso : il s'agit de la sensibilité du capteur à la lumière.  Une valeur basse (ISO 100) signifie que votre capteur est peu sensible tandis qu'une valeur haute (1600) qu'il est très sensible.  Plus vous augmentez la sensibilité, plus l'apparition de bruit va être importante.  Dans le cas de photo de figurine, je reste toujours à la valeur la plus basse possible (ISO 100)

Je rajouterai à cela un quatrième paramètre mais qui dépend cette fois-ci de votre objectif et non de votre appareil : la distance focale.  Il s'agit en simplifiant du zoom de votre appareil.  Une petite focale va avoir un champ de vision assez grand et donc incorporer beaucoup de l'arrière plan qui ne nous intéresse pas.  Une grande focale va par contre avoir un champ de vision assez faible et donc beaucoup mieux isoler la figurine de l'arrière plan.


Personnellement, j'utilise un objectif de 50mm mais je pense que le résultat serait meilleur avec une focale un peu plus longue.  Malheureusement, je n'ai pas encore pu faire le test.

Maintenant que l'on a vu la théorie, passons à la pratique en s'intéressant à mon installation puis à la façon dont je procède. 

L’installation

Mon installation est assez simple.  Elle consiste en un fond de papier blanc avec une feuille blanche pliée de chaque côté en guise de réflecteur.  J'utilise deux lampes d'architectes qui me donnent un éclairage frontal légèrement en hauteur.




Pour ce tutoriel, j'ai connecté directement l'appareil à l'ordinateur et j'utilise ce dernier pour effectuer tous les réglages.  Ça permet de faire une mise au point très précise mais surtout d'avoir un aperçu sur un écran de qualité du rendu de la photo (les écrans d'appareils photo sont souvent très lumineux et surcontraste la photo)  De plus, ça me donne aussi la possibilité de prendre des captures d'écran pour vous montrer facilement les réglages. 
Pour ce qui est du contrôle de l'appareil avec un ordinateur, les réflex Canon sont fourni avec un programme qui permet de le faire facilement.  Je ne sais pas si c'est le cas chez les autres marques.

Comment procéder

Une fois que mon installation est prête, je mets mon appareil en mode priorité à l'ouverture (Av) puis je le branche à l'ordinateur et je démarre le programme de contrôle de l'appareil (Eos Capture).  Je vérifie aussi que j'ai bien sélectionné "Raw" comme format pour la photo pour avoir un fichier brut qui contient beaucoup plus d'information qu'un fichier Jpeg compressé.

Pour ce tutoriel, j'ai utilisé une figurine que Morbäck m'avait offerte comme ça ce dernier pourra donner son avis sur la photo et nous dire si il l'a trouve fidèle ou pas.

Voilà une première capture d'écran avec mes réglages : F/10 et Iso 100.  Avec le mode priorité à l'ouverture, l'appareil adapte automatiquement la vitesse d'obturation pour avoir la bonne exposition.  En ce qui concerne la balance des blancs, je sélectionne "lumière tungstène" mais je sais que des petits ajustements seront à faire par après dans un logiciel de retouche.  Avant, je me prenais beaucoup la tête sur la balance des blancs mais depuis que je fais des photos en RAW, je sais que je pourrai de toute façon la corriger au post traitement.

Cliquez sur l'image pour la voir en grand

Malheureusement, on s’aperçoit que la photo est trop sombre et que notre fond n'est pas blanc.  Cela est du à la façon donc l'appareil mesure l'exposition.  Il fait une moyenne de l'exposition pour que l'ensemble de la scène soit exposé de manière uniforme.  Il est possible de changer le mode de mesure de l'exposition (évaluative, pondérée ou spot) mais ça ne fonctionne pas toujours correctement.

Pour remédier à ce problème, nous allons plutôt compenser manuellement l'exposition en l’augmentant progressivement jusqu'à ce qu'elle nous convienne (dans l'encadré en rouge).  Si l'on avait travaillé sur un fond noir, on aurait probablement du faire l'inverse et sous exposée légèrement la photo.

Cliquez sur l'image pour la voir en grand


Nous voilà donc avec une photo correcte qui ne demande plus que quelques corrections pour être bonne.

La photo telle quelle à la sortie de l'appareil (juste recadrée et convertie en JPEG)


Voilà le résultat final qui pourrait être encore un peu meilleur en utilisant une lightbox pour diffuser la lumière. A l'aide d'un logiciel de retouche (Lightroom), j'ai corrigé la balance des blancs qui était un peu trop jaune et j'ai contrasté un peu plus la photo.  J’efface aussi les quelques poussières sur le socle et rends celui-ci un peu plus noir. 

La photo retouchée


Et je laisse la parole à Morbäck pour qu'il nous donne son avis sur cette photo de sa figurine :

"La photo est très fidèle à la figurine que j'ai peinte. Les contrastes sont justes, de même que les teintes.
On perçoit également très bien les différences de matières. Les zones très brillantes telles que les intestins et les furoncles reflètent bien la lumière, tandis que les zones plus mattes comme la peau ou encore pièces rouillées n'ont aucun reflet et semblent très "secs".

L'utilisation d'un fond blanc apporte un certain nombre de choses, notamment une bonne réverbérations de la lumière ce qui permet une disparition des ombres naturelles au profit de celles qui sont peinte, et offre un rendu plus fidèle de ce qu'est la figurine en réalité.
Le seul inconvénient pour moi est le fait que la lumière réverbérée à l'arrière de la figurine (qui rentre dans l'objectif) a tendance à flouter et faire disparaître les contours de celle-ci.
Une solution pour remédier à ce phénomène est de photographier la figurine sur fond noir, comme sur cet exemple:


Ici, les contours sont bien délimité. L'appréhension des volumes sur le pourtour de la figurine est donc plus facile.
Par contre, vous remarquerez qu'il y a beaucoup plus d'ombres naturelles et que certaines zones de la figurine disparaissent un petit peu. On obtient un photo "d'ambiance" qui certes ne montre pas tous les détails de la figurines comme dans l'exemple précédent, mais présente d'autres qualités.

Encore une fois, il n'y a pas de méthode miracle. Le choix du fond doit être adapté à votre type d'éclairage, et est avant tout une affaire de goût!"


Si vous avez des questions, n'hésitez pas.

Aliaume

P.S. 1 : Je ne suis pas spécialiste de la photo donc si j'ai dis des bêtises ne vous gênez pas pour me corriger ;)

P.S. 2 : La première photo de l'article a été prise avec un réflex Nikon de 2006.  Comme quoi même avec du matériel pas tous à fait récent, on peut quand même obtenir des résultats sympa.

samedi 24 mai 2014

Le baron rouge

Vous ne vous y attendiez pas mais il arrive sans crier gare !








Salut à tous !


Vous allez vous dire qu'il n'est pas tout seul le mec derrière son clavier (et vous n'auriez pas tout à fait tort). Mais pour éviter que l'un de vous m'envoie à l'asile, je vais vous donner mon cheminement pour en arriver à cette création.

Je suis devenu un grand fan des aéronefs à 40k. Je trouve leurs règles très fun en plus d'en faire des figurines élégantes. J'aime particulièrement les volants eldars et eldars noirs. Mon armée eldar n'étant pas encore commencée, le voïderaven n'existant pas en figurine, je me suis dit que je pourrai voir se qui se fait chez forge world...
Bon, c'est d'la merde, ok... Le raven fighter est loin d'être beau mais ses règles sont très riches.
Alors les règles, je prends. La fig V3, je laisse. Mais comment me bricoler le mien ???

Avant de m'attaquer à ce projet, le venom me faisait de l'oeil. Mais j'ai déjà 3 venoms et le spam, c'est pas trop ma cam. Bazinga ! Je vais faire un raven fighter sur base venom !













Une fois la petite plate forme retirée, j'avais un gros trou au centre du venom. J'avais bien l'intention de le remplir de réacteurs pour coller aux règles qui le décrivent comme un petit chasseur agile et burné. Il se trouve que j'ai 2 raiders en rab dans ma boite à rabiots. Ca va peut-être faire trop... Nannn ! Y a jamais trop de réacteurs !








Pour les ailes je n'avais pas trop envie de rallonger les ailes latérales. Mon idée première était de les mettre à la verticale pour donner un côté original et se démarquer de sont grand frère le razorwing. Après validation du conseil des sages, c'était parti.









J'avais également envie de sortir de mon schéma classique bleu. Le rouge me faisait de l'oeil (on ne peut ignorer 2 décennies de Blood Angels aisément).
Un petit chasseur avec des règles de pilotage hors du commun... Un pilote arrivant de nul part pour prendre en chasse les imprudents... Un aéronef rouge... Toujours pas ? Ben oui, le baron rouge quoi !
Pour enfoncer le clou, 2 symboles de la Théo'agonie noirs se croisant à l'équerre et bam ! Une belle croix teutonique !

Allez j'arrête de vous saouler et vous livre une fournée de photos de mon baron.




























J'espère que vous aimez. Il y a plus de photos là :




A la prochaine. Sans doute avec un tantalus, mais il y a encore du boulot...


dimanche 18 mai 2014

Le cloze du samedi...

... sur Lenton Prime.


Salut à tous!

Récemment, les Petits Teigneux du Colonel Moustache ont croisé le fer avec un ancien ennemi récemment arrivé sur Lenton Prime: Jejoo, et sa horde d'immonde cafards.
Les habitués du "Cloze du Samedi sur Mars Eye (de la French Waaagh)" reconnaitront cet infâme tyran (des ruches) ayant laissé le secteur de Mars Eye à l'état de roche stérile pour venir assimiler toute forme de vie du Secteur Nottinghamus.

Petit coup d'oeil sur les deux armées en lice:







La Horde de bestioles de Jejoo, surclassant près de deux fois en nombre les teigneux de Marcel, qui ne se laisseront pas démonter: près de 30 ans d'oppression de la part des Orks, ça forge un moral d'acier.




C'est l'heure du déploiement! Nous avons tiré le scénario "Purgez le Xénos", plutôt approprié, avec un déploiement standard de bataille rangée. Les deux armées se déploient de part et d'autre de la piste d'atterrissage  du Spacioport.




Jejoo est allé à l'école de Galak, il installe donc une ligne de dés contre laquelle il masse sa horde grouillante, telle une foule de manifestants haineux contre des bouclier de CRS. Tactique de Gôche, assurément.




Mais Morbäck connaît la musique, lui aussi faisait parti des Jeunesses Communistes de Mars Eye, et mord quasiment un pas sur la ligne de déploiement!




Jejoo susurre quelques mots d'amour à son Tervigon: "Vas-y ma petite, pond-lui quelques ventrées de parasites sur sa face de Grot!" 





Et c'est parti! Les deux camps se ruent l'un sur l'autre. L'escadrille Cacahuète survole la masse grouillante composée d'hormagaunts, de termagants et de gargouilles, et y largue 5 grosses bombes. Histoire d'annoncer la couleur et de faire le ménage.



Jejoo réalise que Morbäck n'a pas changé: toujours une crevure d'hardcore gamer. Il lui crache un chapelet d'injures au visage, avant de lancer un essaim complet de gargouille sur ses gretchins.



" - Vas-y je t'en prie.
- Non, vraiment, toi d'abord.
- Ah merci c'est sympa, t'es sport!
- Oui, je suis spore mine..."

Extrait d'une conversation entre Marcel Moustache et le Tyran de la Ruche Jejoox.


La Dred Mob se rue sur les Tyranides en approche, chaque pilote de Killa Kan surpris de ne pas avoir vu son véhicule détruit dès le premier tour par des tirs de canons laser. Arriveront-ils au cloze?


Comme s'il n'y avait pas assez de gaunt, le Tervigon lance une session de ponte intensive: 12 de plus au premier tour, 9 au second.
Morbäck fait le ratio, c'est plus que ce qu'il arrive à tuer en un tour... Malheur, ça semble mal engager notre affaire!



Les Kosmik Kanz, ivres de haine, se jettent sur le Prince Tyranide qui commande l'essaim. Les créatures monstrueuses jettent 2d6 pour pénétrer les blindages? Et alors?!


Jejoo sent la partie lui filer entre les doigts. Contre toute attente, les Grots résistent et parviennent même à tuer quelques gaunts...
Il tente donc une attaque style Venomthrope et nous craque une belle caisse dans la Hobby Room. Mais rien qui ne fasse fuir ni Morbäck (Seigneur Pesteux), ni Ismail qui vient récemment de découvrir qu'il est plus facile de peindre des bonshommes avec le côté du pinceau comportant les poils.



Sous la piste d'atterrissage, le carnage commence: Deff Dred et Killa Kanz se ruent sur le Tervigon et les gaunts encore vivants après le déluge de tirs de Grot'Zookas qui décima leurs rangs.


Le Tyrannofex prends les choses en main, et dans le plus pur style Marseillais se jette au cloze lui-aussi. Ca commence à devenir sérieusement le merdier, mais au moins Jejoo parvient à se débarrasser des Kosmik Kanz.


Marcel décide alors qu'il est l'heure d'utiliser son arme secrète: Il se met à cravacher les Grots qui l'entourent comme un forcené, les forçant à monter sur ce vieux bulldozer et de canarder les derniers gaunts qui restent dans le secteur. La cravache énergétique, ça a du bon!


Au final, les Teigneux sortiront victorieux de cet affrontement, mais de justesse (9 à 8).
Mais la très mauvaise chance du Jejoo y est pour quelque chose, et une revanche sera à prévoir tant la partie fut serrée, aucun camp ne parvenant vraiment à prendre l'avantage sur l'autre.


Bienvenue dans l'enfer de Lenton Prime mon Jejoo!

Conseil:

En fonction de la qualité de votre connexion, n'hésitez pas à mettre la vidéo en mémoire tampon pendant une à deux minutes pour un visionnage plus fluide ;-)