samedi 19 janvier 2019

The Searcher's Guild




Bonjour à tous,

Revenons aujourd'hui sur la conception de ma bande qui m'a occupée 2 petits mois. C'est toujours compliqué les échéances, surtout quand l'inspiration ne vient pas. Au début de l'été, je réfléchissais déjà au thème que j'allais abordé pour le calendrier de l'avent... Je commençais à avoir deux ou trois pistes. Et là, ce fut le drame, Max proposa un thème 100% AoS, moi qui jusque là m'étais consciencieusement focalisé sur 40k. Bon pourquoi pas, ce ne sera jamais que 5 figurines, que je ne jouerais probablement jamais... Du coup, rebelote, grattage de cuir chevelu et nuit banche... Farfouillage dans les stocks, histoire de ne pas avoir à racheter du matos déjà pléthoriques. L'illumination est apparue en ressortant la boîte Objectifs Shattered Dominion pour AoS. Cette boîte avait été acheté en début d'année en raison de la présence d'un coffre débordant de livres, fioles et autres objets ésotériques. Il n'en fallu pas plus, j'imaginais tout de suite une bande d'anciens soldats et d'ingénieurs de l'empire, écumant les mondes à la recherche de ces précieux artefacts.


Pour satisfaire aux critères de bandes telles qu'on les voit dans les séries, films et autres références, il me fallait des hommes de mains, un petit familier, une tête et un gros bras. Après quelques recherches dans la boîte à bitz, voici ce qui émergea avec de la patafixe. La photo ci-dessous me confortait dans mes choix, avec une disposition digne d'une affiche de film avec ses héros... Banco. Mais je voulais aller plus loin, avoir des minis diorama qui suggéreraient tout ce que je m'étais imaginer. L'ingénieur devait avoir ses outils de travail. Le gros bras allait se muer en Prêtre aux origines inconnues (sans doute un Stormcast d'une chambre mystérieuse pour justifier sa stature) qui ferait de la protection et de la récolte des artefacts sa mission! Et quoi de mieux que d'utiliser ses gros bras à contre emploi en tirant une charrette?



Le coffre a été collé sur un socle de 60mm, les joints en son milieu ont été bouché avec du Tamiya Putty et des accessoires supplémentaires sont ajoutés (un livre et un parchemin des Flagellants AoS, un mini planetarium issu du kit Celestial Hurricanum _CH_).


 Un mot rapide sur mon soclage dès maintenant. Je voulais un soclage facile et rapide à faire, qui change un peu de ce que je fais habituellement à base de sable. Imaginant mon petit groupe parcourant des terres arides et désolées, je suis parti sur un sol très rocailleux, quasi exempt de végétation. J'ai donc utilisé de l'ardoise pilée. Après une couche de colle à bois, on saupoudre avec ces petits ardoises.



NB, toute ne se valent pas et des tests sont nécessaires. Comme je me balade beaucoup, j'ai l'occasion d'en voir de différentes qualités et celle qui m'intéressait à la propriété de se déliter relativement facilement en feuillet en tapant au marteau dessus sur un support dur.
 

Le singe issus de la boîte de Freeguild Handgunners était un must have et ne nécessitait pas de modification. Merci à missié Totoro pour ce don.  Pour l'archer, j'ai utilisé des jambes d'archers Haut Elfesn un torse de général batteul, des bras de franc tireur de Mordheim,je crois, de carquois Bretonnien, et d'une tête de vétéran de Cadian Command Squad.


Pour adapter les jambes au torse, il faut élargir un peu la taille. J'en profite pour ajouter une lanière. Bon par contre, pris par le temps, j'ai fait l'impasse sur un vrai nœud :s. Enfin, j'ai ajouté une corde à l'arc avec un de mes cheveux.









Il me fallait un porte bannière, et en tombant sur celle de l'escouade de commandement de Catachan, j'ai immédiatement imaginé un porteur au repos. La difficulté serait de donner une pose suffisamment désinvolte pour donner une impression de vétéran sûr de lui. J'imaginai alors la bannière dans une main, le coude en appui sur un bouclier.


A partir d'un Free Guild Guard, j'ai coupé les jambes et ôté les détails. J'ai ensuite collé la jambe gauche légèrement redressée par rapport à l'axe du corps pour assurer l'appui, puis j'ai recoller la jambe gauche. J'ai ensuite ajouté mon greenstuff pour simuler les cuisses. A ce niveau, je savais que l'anatomie n'était pas parfaite, mais le bouclier masquerait un peu ça.



Le bouclier en place avec le bras en appui. On peut voir le petit ajout de carte plastique pour boucher l'échancrure sur le bouclier issu de feu les garde de Khemri. J'ai retailler le bouclier en pointe et resculpter les parties en bois et en peau manquantes.


La dernière modif a été l'ajout d'une comète de sigmar issue du CH sur le haut de la bannière. Cette dernière sera remplacée par une autre comète plus plate et plus grosse issue du kit de flagellans, puis recyclée sur le Prêtre en pendentif.



Un des petits ajouts qui je trouve font complètement passer la bannière d'un empire 40k à un empire AoS sont les petites boucles ajoutées sur l'épaule droite, pour simuler le laçage visible sur les bras des Freeguild men. Pour ça, j'ai simplement creuser un ovale à la pointe du scalpel, plus combler l'orifice avec du GS et ajouter des petites boulettes et des filaments pour les lacets.




Enfin les deux derniers ajouts  ont été une épée de l'empire et une sacoche de bretonnien.






Dans la famille Lavoisier, "rien ne se perd rien ne se crée  tout se transforme", je voudrais la deuxième moitié du châssis d'un CH. Rappelez-vous, la première moitié avait été utilisée pour faire le socle de mon Lord-Celestan. La seconde servirait de table mobile. Je voulais un ingénieur, lunette télescopique et sablier en main, en train d'étudier je ne sais quel phénomène.


L'ingénieur est basé sur le corps du prêtre du CH sur lequel j'ai mis les bras et la tête du Gunmaster de l'empire. J'ai récupéré une main ouverte d'arme lourde Cadienne pour tenir un sablier, encore une fois issu des Flagellans.
 


Pour la table, un tour approfondie de mes bits m'a permis de sortir plein d'objets sympas et en accord avec mon thème.Notamment un outils basé sur deux pièces identique du CH, dont l'un des mini-planetarium a été enlevé (celui sur le pion objo), entre lesquels j'ai ajouté une section carré de 4mm par 8mm afin de donner un peu de volume. Il restait enfin à agencer tout ça de façon harmonieuse sur la table. On retrouve pèle-mèle un pistolet d'épistolier dans son étui, des livres de Flagellans et du CH, d'une plume de Haut-Elfe, de crânes du kit éponyme, d'un sablier du mage de l'empire,  d'une bougie du CH, et d'une fiole qui remplacer la bouteille sur cette photo.



 Afin de donner un peu de relief à la scénette, j'ai ajouté un coffre de l'empire, un cale-roue, une lanterne d'un vieux kit de Mordheim pour équilibrer la scène en hauteur, et un scratch de coffre destiné à recevoir la lunette télescopique. la base est en carte plastique dans laquelle j'ai collé deux demi tube de diamètre différent puis j'ai comblé les espaces au GS sur les côtés. Le couvercle est un moulage rapide en GS à partir d'un master issu du kit de feu d'enfer de l'Empire, moulé avec de l'Instant Mold, un thermoplastique réutilisable à l'infini (ou presque).


La table a reçu des pieds fait avec des profilés plastique carré, des anneaux en étain et de la feuille de bouchon de bouteille de vin pour la ferrure. Dans l'ensemble, la disposition me semble bien fonctionner quelque soit l'angle avec lequel on regarde la figurine, avec à chaque fois des éléments en premier plan mais aussi dans la hauteur, avec la lanterne, le planétarium ou la tête du personnage.




 
Passons au Priest, qui constitue la conversion la plus ambitieuse du projet.


Je voulais un prêtre qui tire une cariole remplie d'une pile de livre. Ces derniers sont issus de deux pièces du kit du CH, et tout comme j'ai construit la bande autour du pion objo du coffre, j'ai conçu cette fig autour de ces 2 pièces. Comme quoi, des fois, il en faut peu... ou beaucoup si l'on considère que ces 2 seules pièces ont justifiées l'achat d'un CH :D. Pour le prêtre, je suis parti du Slaughter Priest de Khorne. J'aimais bien sa posture et sa taille, même si certaines proportions sont étranges. Il avait la stature du mec capable de tracter une lourde charge. 


J'ai commencé par enlever toutes les marques et formes rappelant le chaos, ainsi que les grosses cornes sur ses épaules. Je souhaitais conserver sa protection dorsale à base de vertèbre pour le côté Chasseur de reliques/bestioles en tout genre. C'était aussi une sorte de pénitence dans la mesure ou elle est directement accrochéé dans la peau.



Une fois la base suffisamment épurée, j'ai collé deux boulettes de greenstuff et ajusté les bras dessus pour avoir une bonne jonction. Une fois sec, j'ai fignolé par ajout successif de GS en redessinant les volumes.




Considérant qu'il s'agissait d'un prêtre-guerrier, héritier des Prêtres de Sigmar, j'ai pensé lui ajouté une grosse hâche, mais cela alourdissait inutilement la fig. Je me suis donc contenté d'un "petit" marteau à la ceinture, en reprenant ainsi le fluff du Vieux Monde.


Les poignées et les points sont ni plus ni moins que les mais et lanière de la hache proprement tronçonnée, dans lesquelles j'ai ajouté des tiges de laiton.



En repositionnant les bras, il fallait également repositionner les mains pour qu'elles soient dans l'axe de la charrette et de ses brancards. Pour cela, une simple découpe propre au niveau des bracelets suffisait. J'ai ensuite imaginé un système de brancards mobiles, permettant d'augmenter le bras de levier d'un côté ou de l'autre pour faciliter le tractage. Cela permettait de justifier les différences de hauteur  et d'avancement des mains, sans avoir à retoucher de trop les épaules et les bras.


Le chariot est alléger du superflu, puis 1 premier support de brancard est ajouté. Il s'agit de 3 morceaux de section carré coupé avec les bon angles. Ce montage confère une bonne solidité à l'ensemble pour les travaux de gravures qui viendront plus tard.

 


J'ai utilisé le même profilé pour les brancards, l'idée étant qu'ils soient brancards bien symétriques. Voici le matériel pour cela, une bougie, un gabarit de mise en forme avec les courbures voulues (la carte plastique jaunie), le classique briquet et mon profilé. Il s'agit de la même technique que celle utilisée par Max pour fabriquer sa corde d'arc pour son gob du précédent billet. Pour ma part, je préfère utiliser une bougie car elle me laisse les mains libres pour manipuler plus tranquillement le profilé plastique. En attendant une vidéo, voici quelques éléments de base. Chauffer le plastique a une distance suffisante. Trop près, votre profilé va se déformer voir brunir. Une section carré va avoir tendance à s'arrondir (question de tension de surface). Pour éviter cela, rester suffisamment loin, grosso-modo 10 cm d'une flamme de 2cm, mais le mieux est de faire des essais sur des bouts de grappe de fig. Cependant, plus la section est petite plus vous ramollirez votre profil a distance équivalent, là encore, essai à faire.

Ensuite, et selon ce que vous voulez obtenir, ici une simple déformation sans changement de section, vous essayerez de ramollir une plus grande longueur, faite des va-et-vient au dessus de la bougie, tout en tournant le profil sur lui-même, avec pour but d'avoir une température homogène. Lorsque le profil vous semble suffisament "mou", posé le à plat sur votre support et venez l'écraser sur votre gabarit, et laisser refroidir.

Attention, ça peut parfois être très chaud, donc faite le avec précaution, et je ne le répéterais jamais assez, tester progressivement et essayer de comprendre comment va se comporter le matériau. Avec un peu de pratique, il est possible de faire des fil fin comme des cheveux, ou de mettre en forme facilement des petites pièces. Dans le même ordre d'idée, si vous partez d'un bout de grappe transparente, vous pourrez obtenir toutes les sections utiles pour faire des supports pour des effets d'eau ou de sang.



Et voilà mes deux brancards bien symétrique. Il ne reste qu'à les arrondir un peu à l'avant puis à les graver et les percer pour les figer dans les tiges en laiton des poignées.

 

Pour la suite, il fallait allonger les flancs de la carriole, et réduire un peu la hauteur pour permettre une meilleur visibilité de son futur contenu. 


J'ai ajouté quelques mm de carte plastique gravé avec le côté de mon scalpel, aiguiser en arrondi. Cela permet plus de flexibilité lorsqu'il s'agit de gratter de la pointe, et selon l'angle que l'on met par rapport à la gravure, de varier sur le largeur du sillon.


 Les attaches métalliques sont sculptées grossièrement en GS. Elles sont ensuite limées et redécoupées avec une lame neuve.Puis des clous sont ajoutés en écrasant des boulettes, retaillées après séchage en pointe, comme les vieux clous en fer forgé. On voit aussi les goupilles en GS, sculptées sur des petits bouts de tige de laiton collé dans l'extrémité des brancard.



Sur cette photo de montage à blanc, on voit les trous et ajouts apportés aux livres qui seront collés ensembles. 


La question du socle s'est posée. Finalement, j'ai opté pour le socle de 105* 70mm car celui en dessous était trop juste. Surtout compte tenu des différents ajouts comme l'étendard ou les caches moyeux.



A nouveau vient le moment de se plonger dans ses bits, afin de remplir cette charrette. Je voulais qu'elle déborde d'objets et fioles diverses. J'ai donc ajouter quelques boucliers, un tonneau et une caisse en guise de ridelles.



La tête a été un des points les plus difficiles à gérer. Le corps étant démesuré par rapport aux humains classiques, il ne fallait pas une tête trop petite. Après maints essais et retours de mes Kouzes, le salut est venu de Cagn, mon Stormcasteur préféré, avec une tête ayant les mêmes proportions du visage que celles du Slaugher Priest. Bon la tête reste toujours un poil petite et confirme mes impressions bizarres des volumes initiaux.



Ces petits défaut seront cachés par l'ajout d'un joug pour tracter la carriole. J'avais pensé à cette solution sans forcément la retenir, mais ce sont les remarques de Max et Matteo sur le fait que ça soulignerait le visage, tout en masquant un peu la musculature omniprésente. Une fois en peinture, il faut avouer que c'était très judicieux! Merci les Kouzes et Matteo.


Pour le joug, je suis parti d'un morceau de carte plastique taillé en U et ajusté au niveau du cou. Toujours en fil d'étain, j'ai ajouté des anneaux pour les chaînes, serties par des ferrailles en GS. La chainette provient de chez GreenStuff World. J'ai ensuite confectionné deux petits coussins de pailles pour adoucir le supplice du joug.  


Dans le genre petit raffinement et simplification de la gestion de la peinture, j'ai ajouté un aimant sous la charrette pour fixer/dé-fixer facilement les chaînettes afin de faciliter les montages dé-montages avant et après peinture, sans avoir à triturer une zone difficile d'accès. L'idée a fonctionné au delà de mes espérances. On voit également sous l'image ci-dessous les ferrures finies avec les pointes forgés et les goupilles en bois (en GS) servant à la fixation des brancards. Ou comment s'embêter avec des détails !!! :D






Les ajouts dans la carriole sont un cors Ogre, un étendard Eldar noir, un écu d'une marque inconnue, une lanterne provenant d'un kit de décors je crois, des bouquins des flagellants, d'un bouclier orque, d'un autre bretonnien, d'une caisse et d'un tonneau des anciens canons de l'empire, le coup agrémenté de carte plastique et de GS. Les roues viennent encore et toujours du Celestial Hurricanum.










Voilà pour le montage à blanc. Maintenant, on enlève la patafix et on passe à la peinture... C'est que ça en fait des pièces à peindre!