samedi 7 avril 2018

The Warpsmith's Diary #5

Skin to bone, steel to rust...



Salut à vous, citoyens de Terra!

J'ai enfin pu me remettre sur mon Chevalier, en attaquant la peinture.
Même s'il y a déjà quelques heures de boulot, l'avancement va vous paraître timide, aussi je vais profiter de cet article pour faire un peu de théorie sur comment j'approche ce genre de gros truc pour de la peinture d'armée.


Après avoir sous-couché l'ensemble en noir, j'ai démarré par traiter toute les pièces séparément selon ma technique "basique" de rouille:

[tutorouille.jpg]

Ce tuto est vieux comme le blog, et en fait c'est à peu près la même technique que j'utilise, 10 ans après. Pour le tuto complet: http://leskouzes.blogspot.co.uk/2008/05/peindre-la-rouille-rapidement.html

Une des choses que j'ai fait différemment, c'est que j'ai vaporisé du Skrag Brown par endroit au pistolet à peinture, par dessus la base de Rhinox Hide.
Les surfaces étant tellement grandes, ça permet déjà d'avoir des nuances avant le travail de tamponnage.


Surligner toutes les arêtes et faire des éraflures au pinceau serait vraiment trop long. A la place, j'ai fait un brossage à sec général de Gun metal, suivi d'un tamponnage à la mousse de blister très léger de Plate mail.




Voici venir la théorie:

Peindre ce genre de monstre pour de l'armée peut s'avérer une tâche complexe, le juste équilibre entre bon rendu et productivité étant plus dur à trouver que sur des fantassins. Il faut donc bien planifier.
Ce qui fait toute la beauté des Chevaliers, c'est l'héraldique sur les plaques d'armures. J'ai donc prévu de passer plus de temps là dessus, et d'aller un peu plus vite sur la structure.
Mais il est important de ne pas aller trop vite non plus, sinon le contraste entre les zones bien traitées et celles traitées plus rapidement sera trop marqué, et l'ensemble paraîtra déséquilibré.


Après avoir pris la décision de traiter la structure de manière "atmosphérique", il est facile de tomber dans un piège, et d'avoir de grandes surface trop uniformes: tout est trop rouille, partout.
Ce que j'ai fait, c'est que j'ai sélectionné localement des zones à peindre en acier inoxydable, de façon à rythmer visuellement ces grandes surfaces de rouille. Typiquement, les jointures/articulations, les pistons et les différents dômes qu'on trouve un peu partout.


Exemple d'astuce peinture qui participe à la dimension narrative, j'ai ombré les dômes avec du Nuln Oil matte, alors que les pistons et jointures sont ombrées au Nuln Oil gloss, pour donner un effet huileux et simuler un pièces en mouvement.
Comme les petites éraflures au pinceau c'est malgré tout hyper cool, ça permet de donner un rapport d'échelle à la machine, je prévois d'en faire (comme sur la "cuisse" ci-dessus), mais uniquement là où ce sera visible, car cela prend pas mal de temps.
J'attendrai donc d'avoir les différentes plaques d'armure en place, et je ne les ferait que là où c'est vraiment nécessaire.


Comme je vous l'ai dit, le regard sera majoritairement attiré par les plaques d'armure, la tête et les armes, j'ai donc décidé de finir complètement une des épaulières pour avoir une idée du rendu.
Ça permet d'avoir une pièce de référence pour pouvoir ajuster les autres zones, et c'est aussi très satisfaisant, ça booste la motivation.
A l'inverse, traiter toutes les zones de front est long et fastidieux, et sans exemple complètement terminé, on n'est pas sûr du rendu final jusqu'à la fin. Avec le risque que celui-ci soit légèrement différent de ce qu'on avait en tête. Auquel cas, on se retrouve avec un truc dont on n'est pas 100% satisfait. Dur dur après de longues séances de peinture!


Cette épaulière est donc un échantillon de comment sera peint ce Chevalier, avec des zones relativement vides habillées d'un gros symbole, et des zones plus chargées en contraste avec des motifs en filigrane. Le tout dans mes couleurs habituelles: beige, rouge, un peu de noir...



Pour ce panneau noir, j'avais envie de réutiliser le "script de Nurgle" que j'avais dessiné pour l'embosser sur l'armure du Tallyman Death Guard.
Sur une plus petite figurine, je n'avais utilisé que certains des symboles. Cette épaulière de Chevalier m'a permise de déployer l'ensemble de l'alphabet ;-)




Voilà où j'en suis, pièce par pièce (il manque une genouillère que j'ai laissé au boulot).
Je suis au tout début du voyage en ce qui concerne la peinture de ce bestiau, mais c'est une étape important car maintenant, je sais où je vais!


Merci de m'avoir lu! N'hésitez pas si vous avez des questions où des remarques, et je vous dis à bientôt dans l'antre de Subsidius!



15 commentaires:

  1. Super joli!
    J adore le traitement du métal.
    Par contre qu' est ce que tu appel nuln oil gloss? Il y a 2 type de lavis ou c est un l'avis maison avec du vernis brillant?

    Sinon au boulot il te 2 semaines pour le finir ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé, merci copain!
      Le nuln gloss c'est le même lavis mais en brillant.
      C'est sorti il y a quelques temps déjà.

      Et non, il ne sera pas fini pour quand vous venez !

      Biz

      --
      morbäck

      Supprimer
  2. Tres beau bouleau sur l’alphabet ! L’idée est bonne surtout parce qu’elle change visuellement de l’alphabet latin!
    Merci pour les conseils aussi sur le métal, l homogèneite reste effectivement un problème à éviter et le gloss semble tout simplement répondre à la demande...
    Merci encore pour tous ces conseils,
    Yanis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci a toi Yanis !
      Oui l'idée c'est de déployer plusieurs styles graphiques différents sur ce chevalier.

      --
      morbäck

      Supprimer
  3. Merci pour les conseils!

    Je vais aussi me lancer dans quelques semaines sur la peinture d'un chevalier (enfin, à un niveau de peinture bien moindre :p), c'est encourageant de lire ce type d'article :)

    RépondreSupprimer
  4. Super article!

    Très intéressant de communiquer l'approche de la peinture de la pièce. C'est en se posant des questions et en planifiant avant de se lancer que l'on atteint au mieux ses objectifs. Très cool de parler de la démarche.

    Le tips de la rouille en grande échelle est vraiment énorme. C'est une super clé qui tu livres là.

    2 petits trucs que j'aime pas trop:
    -la font de l'alphabet nurgelien, un peu trop comic sans ms à mon gout.

    -la rouille sur les chaines qui pendent sous l'épaulière. Trop contrasté, ou alors il manque des tons intermédiaires qui aideraient à revenir dans le réalisme (tangible).

    Hate de voir la suite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Baramyne!

      L'alphabet est vraiment conçu pour être lisible même en tout petit, très graphique et tout en formes pleines.
      La majeure partie des caractères est là pour refléter la bonhomie et le caractère jovial de Nurgle, en contraste avec le reste qui est souvent pourriture, décrépitude, entropie... Que des thèmes très sérieux !

      Marrant pour la rouille, je trouve qu'elle manque un poil de contraste! Mais c'est peut-être pas étonnant venant d'un mec qui peint des eldars en base noire, ombrage noir et éclaircissements noir! 😂
      Je force le trait pour te charrier, évidemment !

      À+ et merci pour ton comm's!

      --
      morbäck

      Supprimer
    2. En fait, j'ai fait une recherche sur les chaines rouillées avant de te répondre. Le metal ne peut pas avoir garder sa patine avec un état d'oxydation avancé tel que l'oxyde de fer devienne orange. Si l'oxydation en est là, alors la chaine est au mieux noire, souvent marron déjà. En prenant en compte le fait que le modèle à besoin de contraste et qu'on triche avec la réalité pour être un peu plus appétant à l’œil, on fera un éclaircissement léger. Mais désolé,je ne crois pas à des chaines acier luisant avec de l'oxyde de fer orange poudreux dans les coins. C'est comme du weathering sur un NMM. Incongru.

      Supprimer
    3. A bien regarder, il manque une zone intermédiaire marron. Celle où il ne se passe rien, la brillance est partie et l'oxyde de fer pas encore ressorti.
      C'est un peu comme les phases de silence, entre de gros accords en musique (bon je suis fan de Malcolm Young alors...)

      Supprimer
    4. C'est probablement pour ce genre de raison qu'on parle d'univers fantastique.
      Si je voulais faire dans le réaliste,je ferais du modélisme militaire. Je trouve ça chiant au possible, mais je comprends tout à fait que ça puisse plaire.
      Je préfère composer une image qui me plaît et raconte une histoire 😉

      --
      morbäck

      Supprimer
  5. Ouais sur le coup l'alphabet m'a fait drole aussi... je suis plus runes fines, mais avec l'explication ça prend tous son sens et ça le relie aux dernières figs, donc y'a bon.

    Les chaines me font toujours un peu bizarre, notamment les trous ou par certains endroits ça devrait "pendre" non? Mais d'un autre coté ça peut aussi être encrouté de rouille... donc je sais pas trop... en même temps c'est du WIP, le final sera grandiose, comme d'hab!.

    J'adore le traitement de tes zones métalliques et ton approche qui se veut efficace.

    Merci de partager en tout cas!

    RépondreSupprimer
  6. Merci Mahar !
    Et oui, Nurgle n'est pas un dieu qui fait dans la finesse, d'où le côté très "bold" de de la typo 😉

    --
    morbäck

    RépondreSupprimer