samedi 14 janvier 2017

Contemptor Imperial Fist





Parfois, il arrive que lorsqu'on s'inscrit à un tournois, on soit contraint de changer sa liste une semaine avant la date. Du coup, le chevalier prévu fut remplacer au pied levé par un cousin beaucoup plus modeste. Heureusement pour moi, le bestiau était monté et soclé et n'attendait que la peinture.


Prévu pour s'intégrer à mes White Scars, j'ai choisi la légion Imperial Fist pour la simple et bonne raison que ces deux légions ont combattu côte à côte pour défendre le palais de l'Empereur. Et puis faut dire aussi que j'avais bien aimé les Imperial Fist d'Aliaume. La combinaison noir, blanc et jaune va décidément super bien ensemble.


Pour la peinture, je suis parti d'une sous-couche blanche sur laquelle j'ai appliqué deux couches fines de Flash Gitz Yellow. J'ai assombri ensuite en Golden Yellow puis Fiery Orange. Jusque là c'est facile. Ensuite je fais les linings en Soft Tone puis Strong Tone et enfin Dark Tone, en étant de plus en plus fin à chaque couleur. Pour le noir, j'applique des lavis successif de Dark Tone sur une sous couche Gris Allemand Prince August. Il m'arrive de mettre 4 ou 5 couches, en insitant de moins en moins sur les surfaces hautes et en accentuant les creux. Les métaux sont traités de la même façon, en remplaçant la couche de base par du Gun Metal Army Painter. 
Une fois tout sec, on applique les décalcomanies, ont les assouplis avec les produits Microsol/set et une couche de vernis mat les fixeront définitivement. On peut ensuite passer à la micro-peinture.


La micro-peinture est une succession d'éraflures partant du noir, passant par le Charadon Granit et fini par du Chainmail et parfois des pointes de Mithril Silver, beucoup plus blanc/brillant. On réduit à chaque fois la zone à peindre pour simuler le métal mis à nu. 


L'effet sur-chauffé du canon est un glacis de Mithril silver au bout du canon, suivi de lavis d'Asurmen Blue, puis de Leviathan Purple et enfin de Soft Tone. On prend soin de décaler chaque glacis, tout en recouvrant partiellement la teinte précédente.


Le kit fournissant deux armes de tirs, j'ai joué avec les aimants pour le bras droit. Ne pas hésiter à mettre un petit système de blocage comme une tige pour éviter toute rotation intempestive du bras.



Et voici la version fuseur. C'est vraiment amusant de voir sur cette fig comme la dynamique change selon le bras que l'on met. Dans le cas du canon d'assaut, la posture qui lui convient le mieux est en position haute, conférant une attitude où le dread s'apprête à utiliser son canon, tout en faisant feu avec le fulgurant en marquant un temps d'arrêt. 
Inversement, je trouve que la position basse sied mieux pour le fuseur, et donne au contemptor l'impression d'avancer.




Pour la seule et unique photo de wip, les plus fins observateurs noteront la boule de milliput qui m'a servit à réorienter très légèrement la jambe gauche vers l'extérieur et un peu plus en arrière. Bon ok, c'est tellement imperceptible que c'est pas évident! ;P Pour conclure, le seul regret que j’émettrai pour ce kit, c'est de ne pas avoir fait une tête séparée, et, soyons fous, des rotules sur les hanches et des axes de rotation sur les genoux. C'est encore ce qui fait que les versions Forgeworld reste plus intéressantes à mon avis.



Voilà pour mon début d'année 2017 hobbyistique! Bonne année à vous et à bientôt.





4 commentaires:

  1. Un super article pour une belle figurine.
    J'apprécie toujours autant ta manière didactique de présenter ton travail.
    Merci à nouveau de nous faire partager tes techniques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Badkarma,

      De rien, ça fait plaisir. Et tant mieux si c'est didactique. C'est l'une des raisons d'être des blogs je trouve!

      Supprimer

Conseil:

En fonction de la qualité de votre connexion, n'hésitez pas à mettre la vidéo en mémoire tampon pendant une à deux minutes pour un visionnage plus fluide ;-)