dimanche 3 novembre 2013

Tutorial: Chevaucheur de Squig - 1er partie

"Ici, on aime pas les voleurs de Squigs. Les voleurs de Squigs, on les passe par le fil du kikoup" Extrait  des  aventures de la Waaagh du Big Boss Largwisnub, par le scribe-esclave Hapa-Dbol.

Hop, je viens de faire un grand bon, passant de ma tendre région natale montagneuse à une grande plaine dans le centre de la France, à Tours plus précisément. Et à l'heure où je vous écris, mes cartons sont accuchés dans ma futur hobby-room. Parce que oui, cette fois il me fallait un coin dédié, histoire de ne pas snifer des effluves de peintures, de colles et autres résines à longueur de nuit. 

Du coup, cela à un impact direct sur ma production, le temps que je me remette du changement, que ma connexion internet soit établie, que la logistique vitale se mette en place... En attendant, j'ai exhumé un vieux tutorial sur une sculpture de squig monté que j'avais réalisé en 2007. Afin de ne pas présenter tout d'un coup (plus de 40 photos), j'ai décidé de diviser le tutorial en 3 ou 4 articles. Cela devrait me laisser le temps de me mettre à l'aise dans mon nouvel appart.

Pour le tuto, suivez le guide.


Je démarre sur une structure en fil de fer de 0,8 ou 1 mm. Si c'était à refaire, je choisirais une structure plus épaisse, ou du moins plus rigide pour les jambes. Vous verrez pourquoi dans un article à venir. L'armature reçoit ensuite un peu d'aluminium pour avoir un premier volume.



On place ensuite une couche épaisse de fimo que l'on strie avant une première étape de cuisson. Cela permet de faciliter l'accroche de la seconde couche car la fimo fraîche adhère très mal à la fimo cuite. Du coup, un volume plus important en Fimo dès le départ est peut-être plus logique. De plus, l'absence de rigidité dans les jambes de rends pas les lissages et autres opérations d'ajouts de matière très facile si la base n'offre pas de résistance. Viennent ensuite les premiers volumes pour les muscles du corps et des cuisses. Là, l'inspiration vient principalement de la musculature humaine pour la forme des quadriceps et autres muscles.



Vient ensuite le lissage au pinceau gomme et les premiers détails de texture sur le ventre (encore que parler de texture à mon petit niveau est un bien grand mot).



La mâchoire inférieure est placée, et on aperçoit la marque pour l'emplacement des futurs membres antérieurs.



La fimo subit une seconde cuisson, toujours pour avoir un support pour la suite de la sculpture. A ce moment, j'ai eu recours au Greenstuff pour les dents, afin de bénéficier de la souplesse de cette pâte.  La langue, elle a été faite en fimo. J'avoue que je ne me rappelle pas pour quelle raison...






Les piques des jambes sont réalisées aussi en GS pour les mêmes raisons que les dents. J'ai ensuite ajouté la partie supérieure du crâne avec la mâchoire supérieure, grossièrement mise en forme sur le corps puis cuit séparément.




Le cavalier est placé pour avoir une idée de la position par rapport au corps.


Viens ensuite les gencives et les dents de la mâchoire supérieure. En comparant le dessin de Jeacock avec ma figurine, je me suis aperçu que mon squig avec une sorte de léger sourire, enfin bon, pour une première sculpture intégrale, je n'avais pas été très regardant. Mais globalement la forme me plaisait déjà bien pour ce gros œuvre. Les difficultés allaient venir sur le reste.


A suivre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire