samedi 19 octobre 2019

Painting Mortarion



Salut à vous, habitués du blog ou visiteurs occasionnels!
Aujourd'hui je fais un petit retour sur la peinture de Mortarion, un projet que j'ai trop longtemps retardé mais je crois que c'était un mal pour un bien.


De prime abord, je n'ai jamais pris autant de plaisir sur mes propres figurines que sur celles sculptées par d'autres. Je vais m'auto-citer ce qui va paraître prétentieux mais je ne dirais pas les choses autrement aujourd'hui: "Il y a deux raisons à cela: la première c'est qu'entre le moment où je sculpte une figurine et l'instant ou je peux démarrer la peinture, il s'écoule facilement un an et demi. Dans ce laps de temps, je progresse, ou du moins j'approche les choses différemment, et je passe tout le temps de la peinture à marmonner comment tel ou tel truc pourrait être beaucoup mieux si je le refaisais maintenant. C'est très con parce qu'en plus c'est des choses qui sont souvent invisibles pour la plupart des gens, mais je ne peux pas m'enlever ça de la tête!

La deuxième raison c'est que pour moi peindre une figurine c'est une sorte de voyage. Tu pars à la découverte des formes, des volumes, des détails, certains cachés, des petits trucs bien fichus qu'on ne voit pas au premier coup d’œil.
Quand tu peins une figurine sur laquelle tu as bossé de longues semaines, tout ce processus n'existe pas. Tu la connais par cœur, ce qui rend le "voyage" rapidement ennuyeux.
Il faut faire un gros travail sur sois pour garder la motivation et trouver des petits trucs pour s'amuser."





Mais avec cette figurine, il s'est passé quelque chose. Je ne sais pas si c'est le fait de l'avoir laissée reposer pendant longtemps, ou simplement qu'un truc s'est débloqué dans ma tête, mais j'ai littéralement adoré la peindre.
Et ça m'a fait le même effet sur les Iron Golems que j'ai peint en parallèle. J'ai vraiment l'impression que j'ai réussi à passer outre ce sentiment et à me faire plaisir sur mes bonhommes, sans prise de tête.
Et ça, c'est cool!


Je ne reviens pas trop sur les débuts de la peinture, que j'avais déjà évoqué dans cet article de wip: WIP MORTARION.
J'ai vraiment abordé le schéma de couleur comme sur ces Marines de la Peste. Rien de mieux qu'une bonne image pour répondre à toutes vos questions au sujet des couleurs ;-)


J'ai décidé de ne pas utilisé le symbole Death Guard que j'avais sculpté. Je l'avais volontairement conçu comme une pièce séparée, dans cette éventualité où des peintres préféreraient faire un free-hand.
Comme j'ai approché la peinture de manière très graphique, j'ai choisi de faire un symbole très simple, peint directement sur la sous-couche avant de faire des petites éraflures au Corax White en pot.


Ainsi, après passage des lavis multiples, le marquage se fond un peu dans l'ensemble, et paraît bien intégré. Cela rend aussi toute retouche lors du tracé beaucoup plus facile.

La petite nouveauté sur cette peinture était l'ajout de ce jaune "moutarde".
J'ai sculpté de nombreux effets de fumée sur Mortarion, et je me suis dit que ce gaz célèbre de la première guerre mondiale apporterait un bon contraste avec les touches de violet.
Il s'agit d'un mélange de Camo green et d'Averland Sunset. Pour l'assombrir, j'ai localement passé des jus de Biel Tan green dilué au Lahmian Medium, et pour les éclaircisements j'ai ajouté du Corax White au mélange initial.



De façon à lier cet effet au reste et à apporter de la texture au linceul qui enveloppe la figurine, j'ai fait des petites tâches sur le tissu noir avec cette teinte de base, en la diluant beaucoup plus. Après avoir attendu quelques secondes, je suis venu aspirer la peinture avec un pinceau sec, de façon à ne laisser qu'une trace d'auréole. J'ai ensuite parfait l'effet en traçant des coulures, toujours avec cette même couleur.


Le visage a été sympa à faire. Un visage de cette taille permet de beaucoup s'amuser avec les nuances.
J'ai passé un glacis de Turquoise glaze autour des yeux pour lui donner un air livide.


Des jus de Carroburg Crimson et Athonian Camoshade participent à lui donner cet aspect de peau malade.
Mais c'est sur les yeux que j'ai focalisé le plus d'attention. On peint facilement le blanc des yeux en blanc (ça paraît logique), mais en réalité le blanc d'un œil a une légère teinte grisâtre. Sur une petite figurine ça importe moins, mais sur de grands yeux comme les siens j'ai préféré démarrer avec un Celestra Grey, que j'ai progressivement éclairci au White Scar avant de tracer les pupilles.
J'aime l'asymétrie dans le regard ou sur les optiques de mes marines (c'est pour ça que je peins de temps en temps un casque avec une optique cassée). Pour Mortarion, je me suis rappelé d'un personnage qui me terrorisait quand j'étais gosse: la sorcière dans Robin des Bois, Prince des voleurs.


Cet œil blanc avec une petite pupille me faisait vraiment flipper (encore un peu aujourd'hui en fait!)
J'ai donc choisi de traiter l’œil gauche de Morty comme ça.



Peindre la figurine en sous-assemblage a vraiment aidé l'exécution, mais comme la peinture s'est vraiment étalée dans le temps j'ai eu besoin de faire des montages provisoires assez régulièrement pour m'assurer de la concordance des couleurs.
Je ne suis pas très assidu quand il est question de suivre un schéma à la lettre, je fais beaucoup de choses au feeling. J'ai même tendance à ignorer mes propres tutos, c'est dire...



Toutes les teintes métalliques ont été traitées en dernier, après que les différents sous assemblages aient été vernis au Ministorum Varnish.
Ce vernis est top, surtout si vous peignez beaucoup à base de Lavis ou de Contrast comme moi, car il unifie les teintes et textures et rend les couleurs sombres plus profondes.
Mais il a tendance à matifier les métaux, je les traite donc en dernier.




J'avais très très peur des ailes, pensant que ça allait être très long à faire.
Cagn m'avait prévenu: "tu vas voir, les grandes ailes c'est horrible sur les figurines. C'est des grandes surfaces, et quand t'as fini un côté il te reste la même chose à faire de l'autre. Ça fait double peine"

J'optais donc pour une technique de voleur de poules, à base de Contrast et de lavis.

 

Après avoir sous-couché en Wraithbone, j'ai peint les membranes en Charadon Granit légèrement dilué. Ainsi, ça l'a rendu un peu transparent, mais surtout ça a beaucoup réduit sa tenue sur la sous-couche, ce qui allait aider pour l'étape suivante.


Comme pour ce Stormcast peint il y a quelques mois, j'ai utilisé de la laine d'acier pour gratter la peinture et révéler de nouveau le beige en dessous.



En une étape, j'obtenait un semblant d'éclaircissement et une texture très intéressante ressemblant à du cuir usé, en moins de 5 minutes pour les deux ailes!


J'ai ensuite fait des dégradés de Flesh Tearer Red dilué au Medium Contrast en accentuant la teinte en me rapprochant du bout des ailes.


Puis j'ai senti le besoin d'introduire ma teinte moutarde sur cette zone, en faisant des coulures.
Vue la position des ailes, je ne savais pas trop dans quel sens faire ces coulures. J'ai alors pensé à les faire partir de façon légèrement courbe, dans les deux sens, ce qui (en théorie) pourrait suggérer le mouvement de battement qu'elles ont en vol.
Je ne sais pas si ça marche vraiment, mais j'avoue que l'effet me plaisait bien!





Après ça, il ne me restait plus qu'à traiter les parties couleur peau avec du Darkoath Flesh, des nuances de Carroburg Crimson. Puis les "poils de mouche" avec une couche d'Aethermatic Blue et deux couches de Black Templar.

Les chérubins ont été peints en dernier.
Sur l'un d'eux, j'avais bien envie de représenter une des grenades phosphex dégoupillée, de façon à expliquer le "mécanisme" que j'avais en tête pendant leur conception.
Dans mon idée, ce modèle-ci a un ventilo à l'intérieur qui propulse de petites sphères de fumée de manière radiale.
J'ai donc collé des épingles enduites de super glue pour représenter ces petites sphères.


Par la suite, je les ai raccourcies de manière décroissantes pour ajouter la valeur temps à l'effet, mais aussi parce que je trouvais que la composition marchait mieux.

Pour le socle, je voulais bien sûr faire un socle en ardoise comme le reste de mon armée, mais je souhaitais ajouter une petite touche originale en donnant l'impression qu'il lévite au dessus du sol, et que par sa seule présence, il attire toute la matière environnante vers lui. Je prévoyais donc de faire léviter certains morceaux d'ardoise, ainsi que le liquide qui orne mes socles d'ordinaire.


Mais il me fallait un solide contre-perçage pour que la figurine soit bien arrimée au socle. J'ai utilisé du tube d'aluminium 2mm, en perçant à travers mon collage d'ardoise et en le coudant sous le socle pour créer de la solidité.



J'ai fait ça en deux point, ce qui m'a donné une structure suffisamment solide sans trop se voir.



Pour la peinture, j'ai utilisé ma recette habituelle...


... en fait pas tout à fait, puisque mon soclage est d'ordinaire beaucoup plus sombre. Un parfait exemple de ce que je disais plus tôt sur ma "discipline" niveau recettes etc... C'est pas grave, il peut y avoir des variations de teintes sur un sol de cette taille.


Les gouttes ont été réalisées avec du plastique transparent chauffé et étiré, en ajoutant une petite goutte de super glue sur certaines extrémités. J'ai ensuite passé plusieurs couches de vernis auquel j'ai ajouté de l'encre Flesh Wash.


Pour finir, comme réclamé par un discret anonyme sur l'article de showcase, voilà une photo comparative avec Kortharis et le Plague Centaurion:


Kortharis est plus gros, mais pour moi son ascension a été tellement fulgurante et surchargée d'énergie warp que son règne n'est pas fait pour durer. A l'inverse, l'ascension de Mortarion a été plus lente et insidieuse, ce qui fait qu'il est encore là, 10000 ans après.

J'espère que ce petit article vaguement introspectif vous aura plus!
N'hésitez pas à commenter, ou à me demander si vous avez des questions!

A+


samedi 12 octobre 2019

Iron Golems






Après les Untamed Beasts je me suis attaqué aux Iron Golems. Encore une fois ça n'était pas un coup de coeur. Mais étonnamment ces petits guerriers ont su me séduire au fil de leur peinture.




Pour ce projet j'ai cherché à être dans un style plutôt atmosphérique tout en essayant de réaliser une peinture rapide. Pour cela je devais planifier chaque étape et la technique employée qui se devait d'être très efficace.






Pour l'acier rouillé j'ai utilisé la technique du fameux Xav' que vous avez déjà pu lire dans l'article "The Lost City" il y a peu de temps. J'y ai apporté quelque petites modifications. J'ai remplacé le Gore-Grunta Fur (que je n'ai pas) par un mélange de Contrast Iyanden Yellow/Contrast Blood Angels Red/Contrast Wyldwood. J'ai ensuite tapoté la surface avec du Troll Slayer Orange à l'aide d'un Medium Drybruch usé. Sur cette base j'ai appliqué un généreux brossage à sec de Leadbelcher. Enfin j'ai fais quelques éclaircissements intensifs avec du Chrome Métallique Prince August Air.






Les laitons ont été réalisés sur une base de Retributor Gold. J'ai ensuite appliqué un lavis de Contrast Black Templar avec un peu de Vert Carapace Prince August Games. Je suis revenu par endroit avec du Sotek Green puis du Sotek Green avec du blanc.






La peau quant à elle est traitée avec du Contrast Guilliman Flesh sur une sous-couche zénithale de Grey Seer. Enfin, j'ai passé une fine couche de Glaze Waywatcher Green. Je voulais que cette peau semble pâle et sale. Souillée par le travail de la forge et l'oxydation de l'armure.






J'ai réalisé le sang avec ma technique habituelle. C'est de la Tamiya Clear Red X-27 mélangée avec de la Tamiya Smoke X-19 appliquées avec de la mousse de blister en deux couches. C'est à appliquer après le vernissage de la figurine pour conserver la brillance naturelle du produit.






Mon soclage est le même que pour mes Stormcasts. Je réalise la texture à l'aide d'une pâte acrylique dans laquelle est mélangé du sable. Ce produit se trouve en magasin de loisir créatif. J'applique cette pâte avec une petite spatule. Lorsque le produit est encore frais je pose ma figurine dessus. La pâte remonte sur les côtés des pieds comme s'il s'agissait de terre boueuse. J'aménage ensuite avec de petits cailloux, des crânes ou des feuilles. Je passe enfin un pinceau taille 2 avec un peu d'eau pour lisser la surface de la pâte et faire aller le produit le long des éléments rajoutés. Je laisse ma figurine de côté le temps que cela sèche bien.






Je peins tout à la fin le socle de mes figurines. J'applique d'abord une couche de Foundation Adeptus Battlegrey que je brosse à sec avec du Foundation Astronomican Grey. J'applique ensuite un jus de Rhinox Hide avec lequel je recouvre tout, ainsi que les jambes de la figurine jusqu'à mi-mollet. Je passe rapidement en essuyant et en dégradant dans le frais les dessus des pierres, crânes, feuilles et jambes pour simuler des traces d'eau souillée par la boue.
Après avoir vernis la figurine je passe une couche de Tamiya Smoke X-19 de la même manière que le  Rhinox Hide pour renforcer le côté boueux.






J'utilise des touffes d'herbes sèches de Games Workshop. Je trouve qu'elles ont une taille idéale pour cette échelle de figurine. Elles sont autocollantes mais je les fixe tout de même avec une goutte de super glue. Ces touffes sont souvent un peu grandes. Il est assez simple de couper un morceau à la taille désirée.





Je rajoute quelques brins d'herbes hautes. J'utilise pour cela des poils de pinceau de bricolage usagé. Pourquoi usagé ? Parce que je les trouve plus esthétiques. Il sont souvent plus raides et un peu plus épais. De plus, l'extrémité est souvent usée et légèrement tortillée. Bref, plus réaliste.
Je coupe un ou plusieurs de ces poiles à la longueur voulue et je les colle (généralement dans une touffe d'herbe courte ou entre des cailloux) en déposant une petite goutte de super glue à leur base.




Pour cette bande j'ai voulu aller plus vite que d'habitude. J'ai réussi à boucler la peinture en 7 heures. Ce que je trouve très honorable pour ce résultat. Il faut dire également que la sculpture est encore une fois époustouflante. Tous les éléments sont extrêmement bien définis, ce qui facilite grandement la peinture. Ça fonctionne très bien avec de la Contrast ou des techniques de jus de peinture. J'ai été bluffé par la sculpture de l'anatomie. C'est fabuleux, ils ont presque tous des petits plis ou bourrelets qui suggèrent un mec costaud mais un poil gras. Ça ajoute au côté "malsain". Tous ces petits reliefs sont bien mis en valeur avec un simple Contrast Guilliman ou tout autre produit de ce type.

Je vous recommande de passer ces lascars sous le pinceau. Je pense que vous ne serez pas déçus.