mercredi 18 décembre 2019

Mortarion



Mortarion est enfin arrivée sur Pandema pour soutenir le soulèvement des masses laborieuses contre les réformes polissées du gouvernement stellaire du système. La libération des Pandemonium Genesis vers d'autres horizons est proche.


Et bien on peut dire qu'il m'aura donné du fil à retordre ce Morti. Le socle est encore en train de sécher à l'heure ou j'écris ces lignes, la veille de la publication de cette 18eme case du calendrier 2019. Je reviens sur les grandes lignes de la réalisation de cette fig dans les vues de détails plus bas. En attedant, je vous laisse avec ce 360.









La seule modification de la figurine a été de redresser la tête pour remettre l'axe des yeux perpendiculaire à l'alignement des épaules. L'idée était de donner une posture plus statique que ne le suggérait la version originale. Je reviendrais là dessus dans un billet plus détaillé. Cela me permettait d'orienter les yeux vers le bas, comme si Mortarion survolait un adversaire et le toisait de toute sa hauteur.


J'ai opté pour une peinture d'aile assez propre et plutôt douce pour donner une impression de légèreté. Mortarion est pour moi comme un ancien ange déchu et ses ailes se devaient de refléter cela.



Les tissus noir/bleu et vert/beige ont été repris des schémas de mes Lords of Contagion. J'avais alors bien aimer la juxtaposition des deux. Le recours à un traitement en pointillisme avait pour but de représenter un tissus vermoulu, prêt à se désagréger comme le suggérait les fumerolles au bout lambeaux.


Les fumerolles, qu'elles soient issus du réacteurs, des encensoirs ou de la robes sont traitées différemment pour symbolisé les différents états ou provenances de la matière. Pour les tissus, il s'agissait d'un tissu qui s'évanouit d'ou les assombrissement léger et les éclaircissements gris/blanc. Celle du moteur se devaient d'être épaisse et grasse et ont donc été assombri plutôt qu'éclaircit. Les nuances jaunes sont là pour suggérer une fumée plus chaude et intense, renforcée par les escarbilles. Les encensoirs ont quant à eux reçus un voile de vert fluo pour ajouter une touche éclairante.  



L'armure a été peinte en gris beige pour rappeler l'armure pré-hérésie. Je reviendrais sur les recettes dans un autre billet. Pour ce qui des différentes touches de corrosion, j'ai gardé la main légère pour ne pas trop altérer la lisibilité des nombreux détails. La genouillère blanche est là pour apporter une touche asymétrique et mettre un peu l'accent sur le symbole de la Death Guard.


A bientôt pour un billet de création, je vous souhaite à tous de bonnes fêtes de fin d'années!

6 commentaires:

  1. Impressionnant ! Je pense qu'une photo avec son homologue PlagueBones serait super cool ! Possible de nous faire ça ? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Une photo des deux côte à côte serait top effectivement. On essaiera de faire ça, mais faudra pas être pressé! :)

      Supprimer