dimanche 17 décembre 2017

Jamy Mawesta Lanwher



Jamy n’était pas un gars très futé. Passé 18 ans, sa première bourde fût de signer son acte d’engagement sous les drapeaux. Directement intégré au 4ème régiment de Tallarn affecté aux déserts de Pandema, il fit presque l’intégralité de sa courte carrière là-bas. Il s’illustrait par un nombre de gaffes répétées mais rarement graves. Excepté le jour où il abattit la mascotte du régiment d’un malencontreux coup de fusil laser. À partir de ce jour, son nombre de corvées fut considérablement augmenté.
 



Une fois pour la corvée d’épluchure, une autre pour pour le nettoyage des communs. Bizarrement, le service au mess des officiers n’en faisait pas parti. Probablement que ces derniers ne voulaient pas se voir renverser un plat sur leurs uniformes. La corvée la plus dure et la plus récurrente était les gardes de nuit. Dans le désert, les nuits étaient glaciales. Mais c’est la teneur des bâtiments gardés qui laissait planer un danger beaucoup plus grand sur les surveillants. Rappelez-vous, « Méfiez-vous de l’ennemie intérieur ». Parfois il arrivait à s’abriter dans une guerrite ou un morceau de bâtiment. 




Ce soir de mai, Jamy, là, ni se terrait ni râlait. Il était de faction devant un long grillage. De l’autre côté, la porte d’un hangar était entrebâillée et des bruits métalliques résonnaient par moment. Alors qu’il cheminait le long de la clôture, une envie pressante lui travailla le bas ventre. Dans une zone plus ombragée, près d’un panneau dont il n’arriva pas à distinguer le motif, il commença à soulager sa vessie. 



Mais c’était avant le drame. Un bruit plus fort que les autres retenti. Ce dernier le fît sursauter et en voulant se retenir au poteau, ce dernier rompit, rongé par la corrosion et tous deux tombèrent. Depuis le hangar, une sirène retentit peu de temps après, accompagnée par la sortie d’homme en tenue NBC, et la fermeture automatique des portes. Il observait la scène alors qu’il finissait sa vidange et essuyait ce qui avait pu le mouiller. Seulement, à l’intérieur, un baril contenant des bacilles d’une peste mortelle venait de se renverser. Un nuage invisible était sorti avant la fermeture étanche et celui-ci atteignit Jamy. D’une virulence extrême, probablement dûe à une mutation du virus, il empêcha Jamy de voir le jour se lever. En tout cas pas comme il le faisait avant... Depuis, il ne lâcha jamais son panneau.

6 commentaires:

  1. Oui! Le voilà... c'est mon préféré celui-là. J'adore la conv' et le concept, avec son petit panneau. ^^

    RépondreSupprimer
  2. Il est au top. Par contre Tallarn ? Il a pas le bon uniforme ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Cyroz, si si, l'uniforme est bon. Il s'agit du modèle 017 uni (fortement inspiré du modèle Cadian 07) qui offre un meilleur confort par température fraîche lors des gardes dans les zones désertiques. Le fait est qu'il a effectivement perdu son cheich en tombant.

      Supprimer